International Et si l'on faisait du divorce avec Londres une opportunité pour rapprocher les citoyens des débats européens ? C'est en tout cas l'objectif des eurodéputés qui se sont prononcés ce mardi en faveur de la création de listes transnationales lors des élections européennes de 2019. La proposition figurait dans le rapport sur la composition du Parlement européen post-Brexit, adopté en Commission des affaires institutionnelles. En effet, en quittant l'Union le 29 mars 2019, le Royaume-Uni emportera ses 73 eurodéputés, autant de sièges que les Etats membres peuvent se répartir entre eux et/ou utiliser pour donner un coup de nouveau à l'hémicycle. Si le tour est loin d'être joué - le texte doit encore être débattu en plénière avant d’atterrir sur la table des Etats membres -, ce vote reste une étape décisive vers l'établissement de listes paneuropéennes, un concept sur lequel s'écharpent les Européens depuis des années.