International

Le Parlement européen a rejeté ce jeudi la réforme européenne du droit d'auteur, un texte ardemment défendu par les créateurs, les artistes ou les éditeurs de presse, mais auquel les géants du numérique (les Gafa) ou les activistes de la liberté sur internet étaient opposés.

Sur 627 eurodéputés présents dans l'hémicycle, 318 se sont prononcés contre le texte, 278 pour et 31 se sont abstenus.

La réforme du droit d’auteur visait principalement à contraindre les géants de l’Internet à rémunérer les éditeurs de presse et les créateurs pour leur production en ligne.

La réforme prévoyait notamment la création d’un nouveau "droit voisin" pour les éditeurs de presse (Article 11). Ce droit voisin devait permettre aux journaux, magazines, mais aussi aux agences de presse - qui s’estiment pillés de leurs contenus par les agrégateurs d’information comme Google News - de se faire rémunérer.

La réforme était la cible de vives critiques, notamment de la part du lobby des plateformes numériques qui lui reprochent d’entraver la liberté d’expression.