International

Le Parlement de Malte a voté mercredi à la quasi-unanimité une loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, trois ans après la création d'une union civile.

Il s'agit d'une révolution dans ce pays de 430.000 habitants où le catholicisme est religion d'Etat, où le divorce n'a été autorisé qu'en 2011 et où l'avortement reste illégal.

Plus petit Etat de l'Union européenne, Malte devient ainsi le 25e pays à ouvrir le mariage aux couples homosexuels et le 15e en Europe.

Le Premier ministre travailliste, Joseph Muscat, avait promis que cette loi serait la première de son nouveau mandat, pendant les élections législatives de juin qui l'avaient reconduit malgré des accusations de corruption contre son entourage.

"C'est un vote historique. Cela montre que notre démocratie et notre société ont atteint un certain degré de maturité et que nous pouvons tous dire que nous sommes égaux", a déclaré M. Muscat après l'adoption du texte.

La principale force d'opposition, le Parti nationaliste (PN), s'était prononcée pour la nouvelle loi. Un seul de ses membres a voté contre, expliquant que malgré la séparation de l'Eglise et de l'Etat, sa conscience ne lui permettait pas de donner son aval.

Il y a trois ans, le PN s'était abstenu sur l'union civile, au motif qu'elle autorisait l'adoption. La loi de 2014, qui offrait aux couples en union civile des droits quasiment égaux à ceux des couples mariés, permettait en fait d'adopter en tant que célibataire.

La nouvelle loi ouvre l'adoption à tous les couples.

L'Eglise catholique s'est fermement opposée au texte, mais les débats au Parlement ont essentiellement porté sur des questions de sémantique, de nombreux élus s'étant inquiétés de voir disparaître dans le texte de loi les termes de "mari, femme, père ou mère" au bénéfice de "conjoint" ou "parent".

Depuis 2014, 141 couples ont conclu une union civile à Malte et 22 ont fait enregistrer de cette manière un mariage conclu à l'étranger.

Mardi soir, des conservateurs avaient organisé une manifestation silencieuse de protestation devant le Parlement à La Valette.

Mercredi, plusieurs dizaines de personnes, dont beaucoup arboraient le drapeau arc-en-ciel, étaient réunies dans une ambiance plus musicale et festive devant le palais du Premier ministre, sous le slogan "Nous avons fait l'histoire".