International

Le meurtre du journaliste d’investigation Jan Kuciak plonge le pays dans le chaos politique.

Un journaliste d’investigation et sa fiancée, retrouvés morts, criblés de balles, dans leur maison, à 60 km de Bratislava, capitale européenne.

La scène, d’une violence rare, a marqué les esprits, en Slovaquie, le 26 février. A tel point qu’elle a provoqué, trois semaines plus tard, la chute du gouvernement de Robert Fico, dont le parti, le SMER-SD, est suspecté sinon d’avoir du sang sur les mains, au moins de vouloir passer l’éponge sur ce meurtre. “Aujourd’hui, j’ai offert ma démission au président de la République” Andrej Kiska, a déclaré ce mercredi le Premier ministre.

“Aux yeux de la société, ceci prouve que ce qu’elle pensait déjà, à savoir que la mafia et les groupes criminels ont infiltré la politique, est bien réel”, explique l’eurodéputé du groupe des Verts ALE, Benedek Javor, qui s’est rendu sur place le 8 et 9 mars pour une mission du Parlement européen. Et un Premier ministre étalant un million d’euros en cash pour prouver sa volonté d’élucider ce crime n’a sans doute pas aidé à briser l’image d’une politique à l’allure de mafia.

(...)