International

Le président catalan Quim Torra accueillera son prédécesseur déchu par Madrid, Carles Puigdemont, samedi à Waterloo. Une "cérémonie formelle" sera organisée à l'occasion de son retour en Belgique -où l'ancien président séparatiste a déjà séjourné-, quatre mois après son arrestation en Allemagne, a indiqué le porte-parole de la coalition politique JuntsxCat, lundi sur les ondes de la radio catalane RAC1. Outre le chef actuel de l'exécutif, plusieurs ministres et députés catalans feront le déplacement, selon l'agence de presse catalane ACN.

Le programme prévoit une action de protestation à 16h00 pour dénoncer la détention en Espagne d'anciens ministres de la Catalogne. Cette manifestation sera suivie par un concert.

Carles Puigdemont a annoncé son retour en Belgique la semaine dernière, après le retrait du mandat d'arrêt international qui le visait pour son rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en octobre.

Concrètement, cette décision signifie que M. Puigdemont peut se rendre à l'étranger sans risque d'être poursuivi. Un retour en Espagne n'est cependant pas possible car le mandat d'arrêt espagnol à son encontre est, lui, toujours en vigueur.

Le retrait du mandat d'arrêt international fait suite à une décision prise par la justice allemande. Celle-ci a accepté de remettre M. Puigdemont à l'Espagne pour des faits de détournement de biens publics, mais pas pour rébellion. Cette dernière prévention aurait pu le condamner à 25 ans de prison.

Le juge espagnol en charge de l'enquête sur la tentative de sécession de la Catalogne, Pablo Llarena, a refusé que l'ex-président catalan ne soit remis que pour ce premier délit et a retiré les mandats d'arrêt européens et internationaux à l'encontre de six dirigeants catalans.

Carles Puigdemont avait été interpellé en Allemagne le 25 mars, alors qu'il rentrait d'un voyage en Finlande.