Le régime syrien prévoit d'utiliser des armes chimiques "en dernier recours"

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Le régime syrien prévoit d'utiliser "en dernier recours" des armes chimiques contre sa propre population, affirme un général syrien ayant fait défection et présenté comme l'ancien chef de l'arsenal chimique du pays, dans un entretien publié mercredi par le quotidien britannique The Times.

Le général Adnan Sillu assure dans cet entretien avoir fait défection il y a trois mois après avoir participé à des entretiens à un haut niveau sur l'utilisation d'armes chimiques contre les rebelles et la population. "Nous avions des discussions sérieuses sur l'usage d'armes chimiques, y compris sur la manière de les utiliser et dans quelles zones", a déclaré l'officier au Times.

"Nous avons discuté de cela comment étant un dernier recours, tel que la perte par le régime du contrôle d'un zone importante, comme Alep", ajoute l'ancien général.

S'exprimant depuis la Turquie, il s'est dit certain que le régime de Damas pourrait recourir aux armements chimiques contre la population, et que ces discussions l'avaient amené à faire défection. Lundi, le magazine allemand Der Spiegel a affirmé que l'armée syrienne avait effectué des essais avec des armes chimiques fin août près de Safira, à l'est d'Alep.

Cinq à six obus vides de substances chimiques mais destinés à une guerre chimique ont été lancés de chars ou d'avions sur un terrain baptisé Diraiham dans le désert près de Chanasir, réputé être le plus grand centre de tests d'armes chimiques en Syrie, selon l'hebdomadaire qui cite des témoins. Des officiers iraniens, sans doute des gardiens de la révolution, se sont rendus pour l'occasion sur les lieux en hélicoptère, selon la même source.

Publicité clickBoxBanner