International

Fernando Savater, écrivain et philosophe espagnol de renom, a fait de la lutte contre les dérives nationalistes le combat d’une vie. Dans les années 2000, il dénonçait les ravages du séparatisme au Pays basque, notamment en créant l’association citoyenne contre la violence de l’ETA "¡Basta Ya !". Aujourd’hui, c’est contre l’indépendantisme catalan qu’il s’insurge, dans son nouveau livre "Contra el separatismo". Un "pamphlet sans complexes" à travers lequel il entend défendre "le siège historique" des droits de ses compatriotes : "ce qu’on appelle encore l’Espagne". Fernando Savater se trouvait ce mercredi à Bruxelles, pour présenter son bouquin devant le Parlement européen. Nous l’avons rencontré.

Comment le nationalisme a-t-il gagné du terrain en Catalogne ?

Le nationalisme existe depuis belle lurette en Catalogne. Le nationalisme est un narcissisme collectif, peut-être impossible à éviter. Nous sommes tous un peu nationalistes. On peut vivre avec ça, même si le nationalisme n’est pas innocent. Après tout, au cours du siècle dernier, il a produit deux guerres mondiales. Mais le séparatisme est différent, bien plus grave. C’est l’utilisation des idées nationalistes pour briser un pays et une démocratie. C’est une agression directe de la démocratie.

Pourquoi la crise catalane a-t-elle connu une telle escalade ?

(...)