International

La coalition allemande se déchire sur le sort à réserver aux réfugiés ne disposant pas de papiers en règle ou ayant déposé une demande d’asile ailleurs dans l’Union. Pendant ce temps, la Commission européenne se tait dans toutes les langues, refusant d’expliquer ce qu’autorise (ou pas) le règlement de Dublin, qui détermine l’Etat membre responsable d’une demande d’asile. Alors que la gardienne des traités refuse de se prononcer sur… les traités, nous avons fait appel à Jean-Yves Carlier, professeur à l’Université catholique de Louvain et auteur de "Droit des étrangers" (éditions Larcier), pour comprendre l’essence de ce texte.

=> Dans quel objectif le règlement de Dublin a-t-il été adopté ?

=> Un Etat peut-il refouler à sa frontière un réfugié qui a déposé une demande d’asile ailleurs dans l’UE ?

=> Depuis la crise migratoire de 2015, le règlement de Dublin fait peser une charge démesurée sur les pays de première entrée dans l’UE, du fait de leur positionnement géographique. Etait-on conscient de ce risque lors de son adoption ?

(...)