International

Les 27 chefs d'Etat ou de gouvernement de l'Union européenne, ou leurs représentants, ont signé jeudi à Lisbonne le traité réformateur qui remplace la défunte constitution et, une fois ratifié, doit notamment faciliter la prise de décisions en son sein.

Le document, qui prendra désormais le nom de Traité de Lisbonne, et qui confirme ou élargit également les droits fondamentaux des citoyens, a été signé au cours d'une cérémonie solennelle, dans le cloître du monastère des Jeronimos, de style gothique flamboyant.

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, retenu à Londres, était représenté par son ministre des Affaires étrangères, David Miliband, mais devait arriver à Lisbonne pour déjeuner avec ses pairs et signer à son tour le traité. Les chefs de gouvernement et les ministres des Affaires étrangères de chaque pays ont apposé leur signature sur le document à l'aide d'un stylo en argent offert par la présidence portugaise de l'UE, dans le cadre d'un somptueux bâtiment de pierre du XVI siècle, sculpté comme de la dentelle.

Le Traité de Lisbonne, approuvé le 19 octobre dernier dans la capitale portugaise après des mois de très laborieuses négociations, remplace le projet de constitution rejeté par les Français et les Néerlandais en 2005, et devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2009, après ratification par les Etats membres.