International

BNP Paribas, Deutsche Bank et d'autres banques européennes encouragent, par les liens qu'elles entretiennent avec les banques israéliennes, la colonisation - illégale selon le droit international - dans le territoire palestinien occupé, déplore mardi le CNCD-11.11.11, à l'occasion de la publication de son rapport "Financing Occup'Annexation". Selon l'organisation israélienne Who Profits, les sept principales banques israéliennes financent la construction de logements et d'infrastructures dans les colonies et fournissent des prêts à leurs conseils municipaux.

Parmi les banques actives en Belgique, Deutsche Bank détient ou gère des actions dans cinq de ces banques israéliennes, pour un montant total de 21,96 millions d'euros, et BNP Paribas est liée à une banque israélienne pour un montant total de 6,08 millions d'euros, relève le CNCD. KBC, ING et Dexia ont récemment mis fin à leurs liens avec les banques concernées, selon le rapport.

Or, la Belgique et l'UE ont l'obligation de mettre fin aux liens économiques et financiers qui encouragent de telles violations du droit international, rappelle l'organisation.

"La Belgique et l'Union européenne défendent une solution à deux États et ont des positions très claires sur l'illégalité de la colonisation israélienne", souligne Nathalie Janne d'Othée, en charge du Moyen-Orient au CNCD-11.11.11.

Les colonies "rendent impossible tout développement dans le territoire palestinien occupé et entrainent de multiples violations des droits humains. Elles contribuent également à fragmenter la Cisjordanie, ainsi qu'à la couper de Jérusalem-Est, mettant en péril cette solution à deux États", ajoute l'organisation.

Celle-ci réclame dès lors à la Belgique de mettre en place des mesures pour empêcher les entreprises d'investir dans l'économie de la colonisation israélienne et de soutenir la publication de la base de données des Nations Unies sur les entreprises impliquées dans la colonisation.