International "Quel beau cul !" Tels seraient les derniers mots prononcés par Dominique Strauss-Kahn avant d'être appréhendé par deux agents de la Port Autority de l'aéroport JFK de New York. Cette interjection, faite à voix haute, aurait été adressée à l'encontre d'une des hôtesses de l'air de l'avion que devait prendre le directeur général du Fonds monétaire international en direction de Paris.

Il semblerait qu'au moment de son arrestation, DSK se trouvait en business class, et non pas en première classe, comme l'ont annoncé de nombreux médias.

Avant de monter à bord, l'homme politique français avait prévenu que des personnes devaient lui apporter son gsm qu'il avait oublié dans l'une des chambres de l'hôtel Sofitel. Au moment où ils sont montés à bord, les agents en civil n'ont donc pas attisé la curiosité car l'équipage avait été averti de leur venue. Ceci explique également la raison pour laquelle Strauss-Kahn les a suivis sans la moindre exhortation.

Afin de s'assurer que DSK ne soit averti d'une quelconque manière de l'arrivée imminente des agents aéroportuaires, la police a veillé à brouiller tous les réseaux de téléphones portables des passagers et autres membres de cabine.