International

Durant les 26 années de son pontificat, le pape Jean-Paul II s'est rendu à deux reprises en Belgique. La première visite, au programme particulièrement chargé, s'est déroulée du 16 au 21 mai 1985 et a suscité de vives passions au sein de la communauté catholique du pays. Au cours de sa seconde visite, qui n'a duré que l'espace d'un bref week-end en juin 1995, le souverain pontife a procédé à la béatification du Père Damien, l'apôtre des Lépreux, décédé à Molokaï à l'âge de 49 ans.

La première visite a mené au mois de mai 1985 le souverain pontife aux quatre coins du pays: Bruxelles, Louvain, Beauraing, Namur, Anvers, Malines, Gand, Ypres, Louvain-la-Neuve, Banneux et Liège. Seuls les diocèses du Hainaut et du Limbourg n'avaient pas reçu la visite du pape.

Jean-Paul II est arrivé à Bruxelles le 16 mai, premier jour du long week-end de l'ascension. A son arrivée au Cinquantenaire, il a été accueilli par le roi. Il s'est rendu le soir même à la Grand-Place, où l'attendaient 10.000 personnes.

La visite du souverain pontife a donné lieu à plusieurs gigantesques bains de foule. Cent-mille personnes se sont ainsi rassemblées le dimanche 19 mai devant la basilique de Koekelberg, où Jean-Paul II a célébré l'eucharistie en plein air. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont également participé à Banneux, le dernier jour de la visite, à une autre célébration eucharistique.

Le lendemain, jour de l'ascension, le pape a assisté à une cérémonie en l'Eglise Notre-dame de Laeken sur le thème "la doctrine sociale de l'Eglise". Une "Manifête" des jeunes a été organisée à le Citadelle de Namur sur le thème de la participation, dans le cadre de l'année mondiale de la jeunesse. Toujours en province de Namur, mais à Beauraing cette fois, le pape a participé à un moment de prière et aux vêpres à la grotte aux apparitions.

Le souverain pontife s'est également rendu à Anvers pour une rencontre avec les laïcs engagés, puis à Malines pour une rencontre oecuménique au tombeau du cardinal Mercier. Son "tour des Flandres" l'a également conduit à Gand et à Ypres. Le pape y a participé à une cérémonie en hommage aux victimes de la guerre 14-18. A Louvain, il a rencontré le monde académique, intellectuel et artistique.

La visite du souverain pontife a suscité des débats parfois fort virulents entre les différentes tendances de l'Eglise, opposées sur des questions de société comme la contraception. A Louvain-la-Neuve, une rencontre avec le monde académique et intellectuel, ainsi que la population de la cité universitaire, sur le thême "foi et développement" a été "chahutée" par les partisans de l'Opus Dei.

Parmi les moments teintés de forte émotion, on retiendra également une rencontre avec la communauté polonaise de Belgique.

C'est finalement sous une "drache nationale" que le premier voyage du souverain pontife en Belgique s'est achevé à Bierset le 21 mai 1985.

Le programme de la seconde visite, organisée en juin 1995, a été sensiblement écourté par rapport à celui établi pour une visite -reportée- de 1994. Le programme initial prévoyait un passage de Jean-Paul II à Tremelo, Louvain et Malonne. Un accident survenu en 1994 et ayant considérablement affaibli le souverain pontife, celui-ci avait cependant supprimé ces étapes de son voyage.

Malgré un chaleureux bain de foule à l'arrivée du pape à Melsbroek le 3 juin, c'est dans une relative indifférence que s'est déroulée la seconde visite de Jean-Paul II en Belgique. Celle-ci n'a soulevé ni ferveur populaire ni manifestations spectaculaires des "anti-papistes".

Bravant les conditions atmosphériques maussades, quelque 30.000 personnes ont assisté le 4 juin devant la Basilique de Koekelberg à la célébration eucharistique au cours de laquelle le pape a procédé à la béatification du Père Damien. La mémoire de Jozef de Veuster, qui a quitté son village natal de Tremelo en 1873 pour se consacrer aux lépreux, peut dorénavant être honorée chaque année le 10 mai, jour anniversaire de son débarquement à Molokaï.

Dans son homélie, le pape a notamment fait allusion à l'exemple que représente le Père Damien. Il a aussi lancé un appel à la solidarité avec les malades et les exclus.

Le souvenir du Roi Baudouin, décédé en 1993, a été omniprésent au cours de cette brève visite du souverain pontife. Dans l'allocution qu'il a prononcée à la fin de la célébration eucharistique, le pape a rendu un vibrant hommage au défunt roi, saluant "sa foi inébranlable et sa force dans la défense des droits de Dieu et des droits de l'homme, spécialement du droit à la vie de l'enfant à naître".

A son arrivée déjà, il avait salué la mémoire du Roi Baudouin, qui l'avait accueilli dix ans auparavant. Le lendemain, en marge d'une brève visite de courtoisie au château de Laeken, le pape a encore fait une entorse au programme de sa visite pour aller se recueillir dans la crypte royale, où repose Baudouin.