International

Les spécialistes l’affirment : l’Espagne est au bord du gouffre économique et social. En 2013, le pays restera en récession alors que la jeunesse continue de subir le chômage de plein fouet. Alors, afin d'amorcer le redressement et la relance, les dirigeants de la 4e économie de la zone euro ont décidé de mesures strictes d'austérité.

L'exemple vient d'en haut. Alors, Elvira Fernández, ou Viri pour les intimes, applique à la lettre les consignes d'austérité que son premier ministre de mari (Parti populaire conservateur - PP) a faites adopter. Cette gestionnaire ayant fait ses classes à Telefónica a décidé de transposer au palais de la Moncloa le contrôle qu'elle avait instauré au sein du plus grand opérateur téléphonique espagnol. Cela avec succès puisque depuis l'élection de son mari à la tête du pays (en novembre 2011), elle a réduit de 40% le budget de fonctionnement de l'exécutif, relève le Courrier International.

Comme il n'y a pas de petites économies, chaque dépense semble être passée au crible. C'est ainsi que le budget "restauration" a été réduit de moitié au même titre que les abonnements à toutes sortes de magazines, de chaines de télévision payantes et de titres de presse quotidienne (dont un titre... russe).

On apprend par ailleurs que la "première dame la plus discrète de la Moncloa" s'est employée à remettre au goût du jour des vieux meubles enfouis dans les caves du palais par ses prédécesseurs. Par contre, petit excès, elle aurait renouvelé sa collection de peintures, prenant soin de sélectionner des œuvres contemporaines d'artistes issus de toutes les régions autonomes.

Réduire les dépenses et optimiser les achats, voilà un crédo que suit la première dame au quotidien. Elle a d'ailleurs repris les rênes de l'intendance, forçant un changement de fournisseur ainsi qu'une politique d'approvisionnement plus large. Il est en effet bien connu que, selon la logique implacable des économies d'échelle, acheter en grandes quantités diminue les couts.

Ne vous demandez dès lors plus d'où Viri tire son surnom de première dame "la plus organisée" d'Espagne.