International

Jack Lew, le secrétaire au Trésor américain, critique la multiplication des enquêtes de la Commission européenne contre les entreprises américaines et menace de rétorsions si l'Europe ne change pas de ligne. 

Dans une lettre datée du 11 février et adressée à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, M. Lew s'en prend notamment aux investigations sur les pratiques fiscales contre les multinationales dont Apple, Google, Amazon et McDonald's.

Il se dit "déçu" par le fait que ces enquêtes relèvent, affirme-t-il, d'une interprétation large des règles européennes.

"Si nous reconnaissons que le concept d'aide d'Etat est large, le fait de mener des enquêtes civiles - principalement contre des entreprises américaines - dans le cadre de cette nouvelle interprétation crée des précédents dérangeants en termes de politique fiscale internationale", dénonce le ministre.

L'UE "impose des pénalités de façon rétroactive sur la base d'une nouvelle interprétation large des aides d'Etat (...) et semble cibler les entreprises américaines de façon disproportionnée", insiste Jack Lew.

Et d'enfoncer le clou: "Des compte-rendus publics suggèrent que (l'UE) cherche à imposer des milliards de dollars de pénalités (financières) aux entreprises américaines, soit beaucoup plus que ce qu'elle veut imposer aux sociétés non américaines".