International

Les Etats-Unis ont mis en garde la Russie à Genève contre toute interférence dans les élections de mi-mandat en novembre aux Etats-Unis. John Bolton a affirmé jeudi devant la presse que l'administration était prête à "prendre toutes les mesures nécessaires". 

Au cours de leur réunion pendant cinq heures, le conseiller américain à la sécurité nationale a dit à son homologue russe Nikolaï Patrouchev que les Etats-Unis ne "toléreraient pas" une ingérence dans leur processus démocratique. 

Le procureur spécial Robert Mueller mène toujours des investigations sur la tentative présumée de la Russie d'interférer dans le scrutin présidentiel de 2016.

Sur la Syrie, M. Bolton a répété qu'il était "loin d'être facile" d'obtenir un départ des troupes iraniennes. Mais l'objectif est partagé par le président russe Vladimir Poutine, a-t-il affirmé.

Il a aussi relevé que le processus pour renouveler certains ambassadeurs américains se poursuivait. Washington n'a toujours pas remplacé celui auprès de l'ONU à Genève. Une ONU "plus efficace" reste une "priorité" pour les Etats-Unis, a également affirmé M. Bolton.

La rencontre était organisée comme une discussion de suivi après le sommet d'Helsinki entre le président américain Donald Trump et M. Poutine. Considéré comme l'un des plus radicaux au sein de l'administration de Donald Trump, John Bolton est arrivé à Genève après plusieurs jours en Israël. 

Mercredi, il a affirmé que les Etats-Unis ne cherchaient pas un changement de régime mais d'attitude en Iran.