International Le président de la France insoumise faisait l'objet d'une demande de suspension en raison notamment de son comportement face aux journalistes.

Soulagement du côté de Jean-Luc Mélenchon. Selon l'Express, le leader de la France insoumise ne sera finalement pas suspendu de son obédience maçonnique à laquelle le député tient énormément. En effet, la Chambre suprême de justice maçonnique (CSJM) a jugé ce 28 novembre que la demande faite par le "gouvernement" du Grand Orient, la plus ancienne obédience maçonnique française, d'évincer Mélenchon était irrecevable, abandonnant tout examen de la "plainte".

Les juges n'ont pas communiqué les motivations qui les ont menées à ce choix. Selon le média français, cette decision ferait suite à l'ampleur qu'a prise la procédure révélée par l'Express fin octobre, n'arrangeant pas les affaires du Grand Orient.

Pour rappel, la plainte déposée par la demande de suspension du leader de la France insoumise faisait suite au comportement adopté par ce dernier au cours des persquisitions qui se sont déroulées dans le courant du mois d'octobre à son domicile et au siège de son parti. 

Plusieurs membres du Grand Orient avait ainsi pointé du doigt l'agressivité du député de gauche face aux policiers, allant contre les valeurs chères à la plus ancienne obédience maçonnique française qui impose le plus grand respect à ses membres envers les magistrats, les policiers et autres journalistes.

Jean-Luc Mélenchon s'en était d'ailleurs pris violemment aux investigateurs de France info, contrevenant encore une fois à la règle imposée par les franc-maçons. Le leader de la France insoumise s'en sort toutefois sans encombre, du moins au niveau de son obédience maçonnique... 

Une enquête a en effet été ouverte envers le député de gauche pour "actes d'intimidation contre l'autorité judiciaire et violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique".