International

Les Kurdes d’Irak ont donc voté ce lundi. Si le résultat du scrutin, attendu 24 heures après la fermeture des bureaux, ne fait aucun doute - la majorité des Kurdes étant acquis au "oui" -, le président de la région autonome Massoud Barzani a prévenu que ce vote n’entraînerait pas immédiatement l’annonce de l’indépendance mais plutôt le début de "discussions sérieuses avec Bagdad".

Initié par M. Barzani, ce référendum se tient non seulement dans la région autonome du Kurdistan (nord), qui comprend les provinces d’Erbil, Souleimaniyeh et Dohouk, mais aussi dans des zones disputées avec le gouvernement central irakien.

Une foule nombreuse s’est rendue dès l’ouverture dans les bureaux de vote des deux grandes villes à Erbil et Souleimaniyeh. A Souleimaniyeh, deuxième ville du Kurdistan, Diyar Omar, un employé de 40 ans, est venu voter en habit traditionnel kurde. "Nous allons obtenir notre indépendance par les urnes et je suis très heureux d’être le premier", a-t-il affirmé à son arrivée au bureau de vote.