Les Palestiniens prêts à une analyse du corps d'Arafat

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Les dirigeants palestiniens se sont déclarés mercredi prêts à une analyse du corps du chef historique Yasser Arafat après les révélations d'Al-Jazeera sur la présence de quantités anormales de polonium dans ses échantillons biologiques.

"Après la diffusion du documentaire d'Al-Jazeera, j'ai rencontré aujourd'hui le président Abbas et j'ai recommandé d'accepter l'analyse du corps du président martyr Arafat, et M. Abbas a accepté, à condition que sa veuve Souha Arafat et son neveu, Nasser al-Qidwa, représentant de la famille, l'approuvent", a déclaré à l'AFP Taoufiq Tiraoui, chef de la commission d'enquête palestinienne sur la mort d'Arafat.

"Nous sommes convenus que si la famille du martyr Yasser Arafat est d'accord, nous contacterons le laboratoire suisse dans les prochains jours pour qu'il vienne collecter les échantillons dont il a besoin", a-t-il ajouté. "L'Autorité est toujours prête à coopérer pleinement et à fournir toutes les facilités pour découvrir les véritables raisons de la maladie et de la mort de l'ancien président", a déclaré pour sa part le porte-parole du président Abbas, Nabil Abou Roudeina.

"Il n'y a aucune raison religieuse ou politique qui empêchent le réexamen de cette question, y compris une analyse des restes du défunt par des organismes scientifiques et médicaux fiables, avec l'accord de sa famille", a-t-il affirmé à l'AFP.

Un laboratoire suisse, l'Institute for Radiation Physics de Lausanne, qui a analysé des échantillons biologiques prélevés dans les effets personnels du dirigeant palestinien, remis à sa veuve par l'hôpital militaire de Percy, au sud de Paris, où Arafat est mort, y a découvert "une quantité anormale de polonium", selon le documentaire diffusé mardi.

"La conclusion, c'est que nous avons trouvé (un niveau) significatif de polonium dans ces échantillons", a déclaré à Al-Jazeera le directeur du laboratoire, François Bochud, estimant que cette substance radioactive n'est accessible qu'à "des gens qui s'intéressent ou construisent des armes nucléaires".

Publicité clickBoxBanner