International Le Premier ministre hongrois a entamé mardi son quatrième mandat. Viktor Orban reste attaché à son discours xénophobe. François Crépeau, ancien rapporteur de l’Onu sur les droits de l’homme, pointe l’hypocrisie des populistes à l’égard de l’immigration. "Le populisme est une réaction d'arrière-garde. C'est le chant du cygne, c'est la fin d'une génération qui n'a pas compris", fustige-t-il.