International Nées des croyances des esclaves déportés d’Afrique, les religions dites de "matrice africaine" ont été réprimées par l’Eglise catholique, puis par la police, et se sont longtemps pratiquées dans la clandestinité. Si ces cultes sont aujourd’hui autorisés, dans les faits, les préjugés perdurent, liés à un racisme latent. Elles doivent ainsi faire face à une intolérance et à des violences accrues malgré le petit nombre de leurs adeptes. Reportage de notre correspondante au Brésil.