International L’Iran ne décolère pas. Depuis que les États-Unis ont rétabli ce lundi de nouvelles restrictions, touchant cette fois son secteur pétrolier et son système bancaire, la République islamique dénonce dans toutes les langues le fruit amer de la décision américaine du printemps dernier de quitter l’accord sur le nucléaire. Mais ces restrictions, qui visent à aggraver la situation économique fragile du pays en réduisant ses exportations d’hydrocarbures et en le débranchant du système financier international, sont-elles en mesure de mettre à mal l’Iran ?
(...)