International

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson va rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov dimanche à New York, avant le début de l'assemblée générale des Nations unies et alors que les relations entre Washington et Moscou sont au plus bas.

M. Tillerson devait rencontrer M. Lavrov à la mission russe auprès de l'ONU à 21H00 (01H00 GMT lundi), selon son agenda actualisé.

Les deux hommes hommes avaient convenu de se rencontrer lors d'un entretien téléphonique fin août, à l'occasion d'une nouvelle étape de la guerre des sanctions entre la Russie et les Etats-Unis: Washington venait d'ordonner la fermeture d'un consulat russe au nom de la "parité", après la réduction drastique de sa propre présence diplomatique en territoire russe décidée par Moscou.

Depuis, le président russe Vladimir Poutine a menacé de diminuer encore le personnel diplomatique américain en Russie.

Alors que l'arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump en janvier laissait présager une embellie dans les relations entre les deux grandes puissances, elles n'ont cessé de se détériorer, sur fond d'accusations d'ingérences russes dans l'élection présidentielle américaine de 2016 mais aussi de soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du milliardaire républicain et Moscou.

Parmi les sujets de discorde figurent l'Ukraine ainsi que l'avenir de la Syrie. La Syrie est toutefois un des dossiers où Washington espère trouver des terrains d'entente avec Moscou.

Les deux pays ont ainsi eu des échanges pour maintenir la zone de "désescalade" dans la vallée de l'Euphrate en Syrie où opèrent leurs armées contre le groupe jihadiste Etat islamique, après un incident imputé à la Russie, a fait savoir dimanche le chef d'état-major américain. Des forces syriennes antijihadistes soutenues par les Etats-Unis ont accusé samedi l'aviation russe de les avoir bombardées dans l'est de la Syrie, un incident démenti par Moscou mais confirmé par la coalition internationale menée par Washington.

Sur la Corée du Nord et ses ambitions nucléaires, la Russie estime que les sanctions sans cesse plus fortes réclamées par les Américains à l'ONU sont inefficaces, mais a tout de même voté les dernières résolutions en ce sens, et Washington appelle Moscou faire plus fermement pression sur Pyongyang.

Vladimir Poutine ne sera pas présent à l'assemblée générale de l'ONU, où Donald Trump fera en revanche sa première apparition en tant que président et prononcera mardi un discours très attendu.