International

Plus d'une centaine de passagers qui voyageaient à bord de trois bus ont été pris en otage par des talibans dans le nord de l'Afghanistan, ont déclaré lundi les autorités locales. 

Le président afghan avait pourtant déclaré dimanche un cessez-le-feu avec le groupe fondamentaliste. Celui-ci devait prendre effet dès ce lundi. Les passagers faisaient route lundi matin de Takhar, dans le nord du pays, vers la capitale Kaboul lorsque leurs bus ont été arrêtés par des talibans. 

Ils ont ensuite été conduits dans un village voisin, a déclaré le gouverneur du district où l'attaque a été perpétrée. Selon un autre membre du conseil provincial, les assaillants ont séparé du groupe tous les fonctionnaires de l'État. Ceux-ci rentraient chez eux pour l'Aïd el-Kebir, la fête qui marque la fin du pèlerinage vers La Mecque.

L'armée afghane s'est déployée dans la zone afin d'enquêter. Selon l'agence Associated Press, les troupes gouvernementales ont pu délivrer 149 personnes quelques heures après l'attaque. Vingt-et-une autres seraient encore aux mains des talibans.

Dimanche, le président afghan Ashraf Ghani avait décrété un cessez-le-feu de trois mois "à condition que les talibans en fassent de même". 

Le groupe islamiste n'a pas encore réagi officiellement à la proposition, bien que des sources internes ont déclaré à l'agence Reuters que leurs chefs avaient marqué leur accord pour une trêve de quatre jours. Leur dirigeant Sheikh Haibatullah Akhunzada doit cependant encore donner son aval.

Toujours selon Reuters, les talibans ont annoncé la libération prochaine de centaines de prisonniers, sans plus de précisions. La chaîne américaine Fox News avançait pour sa part le nombre de 500 personnes prêtes à être libérées.