International Six mois après la chute de l’État islamique, la majorité des 6 981 candidats aux élections législatives irakiennes du 12 mai, promettent de reconstruire le pays. Ils défilent sur les plateaux de télévision assurant au peuple irakien leur volonté de lutter contre la corruption et de s’attaquer au sectarisme. Une “hypocrisie généralisée”, dénoncée ces dernières semaines dans l’émission satirique la plus populaire d’Irak, le “Al Basheer Show”. “On fait éclater la vérité en montrant aux spectateurs que ce sont les mêmes qui reviennent depuis des années, qu’ils n’ont jamais tenu leurs promesses, qu’ils ont juste retourné leur veste !”, tempête Ahmed Albasheer, le présentateur et fondateur.
(...)