International Pour les siens, les juges veulent seulement l’empêcher de gagner la présidentielle.

Il n’aura pas fallu longtemps au juge Sergio Moro pour émettre un mandat d’arrêt contre l’ancien président brésilien. Moins de 24 heures après que la Cour suprême eut rejeté la demande d’habeas corpus de Luis Inácio "Lula" da Silva, le magistrat en charge de l’opération "Lava-Jato" (lavage express), ennemi intime de l’ex-chef d’Etat, a exigé, jeudi, l’exécution immédiate de sa peine de prison, indiquant à Lula qu’il avait jusqu’à vendredi 17 h (heure brésilienne) pour se rendre à la police fédérale de Curitiba, dans le sud du pays.