International Le président français débarque sur l’île pour son premier sommet franco-britannique.

Comme elle paraît désormais loin la France "finie", où "rien ne fonctionne et, pire, personne ne s’en soucie", telle que l’avait décrite en octobre 2014 le patron du groupe de distribution John Lewis. Si les semonces post-Brexit du président français François Hollande étaient écoutées d’une oreille distraite du côté de Londres, les sorties de son successeur Emmanuel Macron sont bien plus suivies. Alors que celui-ci participera jeudi à son premier sommet franco-britannique à l’ouest de Londres, le détachement des diplomates, politiciens et hommes d’affaires britanniques s’est transformé en inquiétude véritable : et si Paris avait véritablement une chance d’empiéter sur le pré-carré de la City et de Canary Wharf ?