International En Marche! dit vouloir se constituer "comme un média".

On pourrait appeler ça de la diversification. Né il y a à peine plus d’un an, le parti veut "se constituer comme un média" en développant sa propre production de contenus pour relayer ses messages sur le terrain, y compris "là où les médias ne vont pas", a indiqué vendredi une porte-parole du mouvement. 

Le mouvement qui a réuni samedi à Paris sa première "convention" pour déterminer ses grands chantiers à venir, compte recruter des rédacteurs et des vidéastes pour faire connaître les initiatives et les messages de ses adhérents sur le terrain. "Nous voulons associer davantage la presse quotidienne régionale. Mais nous voulons aussi développer des contenus, de manière décentralisée. Si les médias n’y vont pas, on ira", a expliqué la porte-parole. "Nous voulons aussi nous adresser à des médias un peu plus sociétaux, pour casser la lecture uniquement politique des partis", a-t-elle ajouté. "C’est à nous de monter sur des thématiques, nous avons un champ d’expression qui touche la vie des gens. Les syndicats, le gouvernement vont s’écharper, or c’est loin de la vie des gens. Nous montrerons cette dynamique de l’engagement citoyen", a-t-elle affirmé. 

Fausse impression de spontanéité. Au sommet de l’Etat, Emmanuel Macron privilégie une communication directe avec les Français, notamment via les réseaux sociaux, et snobe les médias, auxquels ses équipes de com délivrent des images clés en main, forcément avantageuses. Emmanuel Macron n’a d’ailleurs donné qu’une seule interview depuis son investiture, dans huit journaux européens simultanément, sur l’Europe.