International

Nicolas Sarkozy a assuré jeudi sur TF1 qu'il n'avait "jamais trahi la confiance des Français" et qu'il ferait "triomher son honneur", au lendemain de sa mise en examen dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de financement par des fonds libyens de sa campagne électorale de 2007.

"Je dois aux Français la vérité: je n'ai jamais trahi leur confiance", a déclaré l'ancien président lors d'une interview au JT de 20H00, en faisant part de "la profondeur de (son) indignation". "La politique, c'est fini mais la France, ce n'est jamais fini. Je ne veux pas qu'un Français puisse se dire que j'ai trahi sa confiance", a-t-il assuré.

Plus tard, aidé d'une tournure de phrase surprenante, l'ancien président français s'est étonné des troubles judiciaires liés à Kadhafi dans lesquels il se trouve."Si on m'avait dit que j'aurais des ennuis à cause de Kadhafi, je me serais dit 'mais vous fumez Monsieur?'."

Lors de sa défense face aux Français, Nicolas Sarkozy a plusieurs fois rappelé qu'il n'y avait, à l'heure actuelle, ni preuves ni de charges contre lui mais uniquement des indices . Et on ne condamne sans preuve. L'ancien président a d'ailleurs souligné qu'entre 2011, date du début de l'affaire, et aujourd'hui, personne n'ait pu retrouver les preuves que le régime libyen disait posséder. Il n'y aurait même pas d'"indices concordants". "Pour qu'il y ait des indices concordants, il aurait fallu qu'ils disent tous la même chose. Où sont les virements? Ces gens-là ne produisent aucune preuve. Or, Kadhafi avait l'habitude de tout enregistrer. C'était un fou, un illuminé, qui prenait sans doute des stupéfiants. Il n'y a pas la moindre preuve."