International

Vingt-trois personnes, pour la plupart des adolescents, ont péri selon un nouveau bilan dans un incendie jeudi dans une école coranique à Kuala Lumpur, piégées dans leur dortoir par des grilles en métal aux fenêtres, l'un des pires incendies de ces dernières années en Malaisie. Des élèves et enseignants étaient à l'intérieur de cette école, criant au secours sous le regard de voisins désemparés face aux flammes qui ravageaient le bâtiment situé dans le centre de la capitale de ce pays à majorité musulmane.

De nombreux corps -- parmi lesquels 21 garçons pour la plupart adolescents -- ont été découverts les uns sur les autres, laissant penser qu'ils se sont précipités vers la sortie pour échapper au feu qui s'est déclaré avant l'aube.

Les pompiers sont rapidement arrivés sur les lieux et l'incendie a été éteint au bout d'une heure. Des photos publiées dans des médias locaux montrent des lits noircis par le feu et couverts de cendres dans le dortoir.

L'école n'avait pas de licence d'exploitation des autorités locales, ni de licence des autorités religieuses locales, selon le ministre des Territoires.

Cet incendie devrait accroître la surveillance des écoles coraniques, appelées tahfiz, où de nombreux musulmans malais envoient leurs enfants étudier le Coran mais qui ne dépendent pas des autorités de l'Education et opèrent souvent illégalement.

Le feu aurait été provoqué par un court-circuit ou un appareil anti-moustiques, selon des pompiers.

© ipm