International

Malala Yousafzaï, qui a survécu à une tentative d'assassinat des talibans il y a un an, a rejeté dimanche des accusations selon lesquelles elle était devenue une "personnalité de l'Occident", affirmant qu'elle était fière d'être pakistanaise.

Interrogée sur la BBC pour savoir si elle était devenue, depuis son attaque, une "personnalité de l'Occident" et "une Occidentale désormais", Malala Yousafzaï a répondu: "Mon père dit que l'éducation n'est ni d'Orient ni d'Occident. L'éducation c'est l'éducation point final: c'est le droit de tous".

"Le fait est que les gens au Pakistan me soutiennent. Je ne me considère pas comme une Occidentale. Je suis une fille du Pakistan et je suis fière d'être pakistanaise", a-t-elle ajouté.

"Le jour où l'on a tiré sur moi et le jour qui a suivi, des gens ont brandi des pancartes +Je suis Malala+. Ils n'ont pas dit +Je suis taliban+. Ils me soutiennent et ils m'encouragent à aller de l'avant, à poursuivre ma campagne en faveur de l'éducation des filles", a dit Malala.

Sa vie a basculé le 9 octobre 2012 quand un taliban lui a tiré une balle dans la tête, dans la vallée de Swat, région du nord-ouest pakistanais où les insurgés avaient imposé leur loi de 2007 à 2009.

La jeune Malala, qui avait dénoncé les exactions des talibans à l'époque, a réchappé in extremis à cet attentat et été transférée en Angleterre pour y être opérée. Elle vit depuis au Royaume-Uni, a remporté de nombreuses distinctions et est devenue une star internationale, alors que ses détracteurs au Pakistan lui reprochent d'être devenue une marionnette de l'Occident.

L'adolescente de 16 ans a aussi souligné dimanche le problème de l'éducation en Syrie, ravagé par un conflit meurtrier. "Nous voulons aider, dans la mesure du possible, les enfants de tous les pays. Nous allons commencer avec le Pakistan, l'Afghanistan et la Syrie pour l'instant, parce que c'est là qu'ils souffrent le plus", a-t-elle expliqué, en référence au fonds portant son nom en faveur de l'éducation des filles.

La jeune fille a également réitéré son souhait de devenir un jour une femme politique: "Plus tard, je veux faire de la politique et je veux devenir une dirigeante et apporter du changement au Pakistan. Je veux devenir une femme politique au Pakistan parce que je ne veux pas devenir une femme politique dans un pays déjà développé."