International Rabat ne reconnaît plus aucun nouveau refugié mais délivre des cartes de séjour qui protègent contre les refoulements. Trois projets de lois sont toujours en chantier depuis quatre ans. Le Maroc préconise surtout une migration intra-africaine ordonnée et solidaire.