International Plus que le sentiment de ne pas être écoutés par les élus, les mineurs ont surtout le sentiment d’être exploités par ces "barons du charbon", responsables politiques intouchables. "Les barons revendent le charbon aux casernes, aux hammams, aux hôtels pour le chauffage… Personne ne peut vendre et transporter du charbon à part eux car ce sont les seuls à avoir cette autorisation, explique Aziz Naitabou, l’un des porte-parole du Hirak. Alors ils vendent une photocopie de leur autorisation environ 35 000 dirhams à ceux qui veulent également transporter et vendre le charbon. Les mineurs n’ont donc pas le choix, ils sont obligés de vendre aux seuls intermédiaires autorisés par les barons."