International

Melania Trump incarnait ce lundi à la perfection son rôle de First Lady en présentant son programme centré sur les enfants. Nommée "Be Best" (Soyez meilleurs), sa nouvelle campagne pointait du doigt les dangers des réseaux sociaux. Une initiative louable mais cocasse quand on sait que son président de mari n'est jamais le dernier à agripper son clavier pour tweeter avec virulence ce qu'il pense de tout un chacun.

Si sa prestation a globalement été saluée, une polémique est venue entacher ce beau moment. En effet, plusieurs journalistes ont remarqué que le fascicule présenté par Melania Trump et destiné à lutter contre le cyberharcèlement était en réalité une copie conforme d'une brochure réalisée en 2014 par la FTC (Commission fédérale du commerce), une agence de protection des consommateurs.

 

Une "confusion"

Pour étouffer cette nouvelle affaire, la Maison-Blanche a finalement décidé de changer la signature du fascicule qui est passée de "brochure par la première dame Melania et la commission du commerce" à "brochure de la commission du commerce promue par la première dame Melania". L'une des seules modifications apportées à la brochure originale était en effet une introduction rédigée par Melania en personne. La Maison-Blanche a parlé d'une "erreur qui avait semé la confusion" pour justifier ce changement.

Il n'empêche que ce n'est pas la première fois que la First Lady est accusée de plagiat. 

Souvenez-vous, en 2016, la femme de Donald Trump avait été pointée du doigt pour son discours prononcé lors de la convention républicaine. Ce texte reprenait en effet mot pour mot quelques passages du discours prononcé quatre ans plus tôt par Michelle Obama lors de la convention démocrate. La polémique avait finalement pris fin lorsque l'auteure du discours de Melania Trump s'était publiquement excusée. Mais cela avait jeté le discrédit sur la First Lady.

© cnn

Cette fois, les accusations ont vite été balayées, ce qui ne devrait pas impacter la popularité au beau fixe de la première dame.