International

Quelques jours seulement après avoir avoué le meurtre de son épouse Alexia Daval, Jonathann a pu parler brièvement à sa famille et notamment à son grand frère Cédric.

Dans l'émission Sept à Huit diffusée sur TF1 ce dimanche soir, Cédric Daval avoue ne pas comprendre ce qui a pu pousser Jonathann à passer à l'acte. Il dévoile également ce qu'ils se sont dits peu de temps avant sa garde à vue. "Pour moi, il était innocent de toute façon. Venant de lui, c'était pas possible. Ça a été un vrai choc. [...] Il me faisait part de sa peine avant sa garde à vue. Il a été jusqu'à me dire qu'il ne ferait plus jamais sa vie avec une autre femme. Alexia, c'était sa vie, c'était son amour. Elle était tout pour lui."

L'espace de 30 secondes, Cédric parviendra à discuter avec son frère par téléphone juste après ses aveux et sa garde à vue. "Il était en pleurs, il disait qu'il regrettait, qu'il était désolé. Je lui ai dit que je serai toujours là pour lui et que je l'aimais. C'est mon frère. Je l'aime.


Un témoignage qui vient donner un peu plus de crédit à la thèse du coup de sang ou de l'accident

Les zones d'ombre demeurent néanmoins nombreuses dans ce dossier, notamment la crémation partielle du corps d'Alexia dont son mari dément être à l'origine. 

Les enquêteurs explorent notamment la possible existence d'un hypothétique complice. A ce sujet, une piste retient particulièrement leur attention puisque le corps d'un homme a été retrouvé le 6 janvier dernier à Esmoulins, la commune où Jonathann dit avoir déposé la dépouille de son épouse. La victime de 38 ans se serait suicidée mais l'arme du prétendu suicide n'a, pour l'heure, toujours pas été retrouvée. Des analyses approfondies vont être effectuées.