International

A l'occasion de la journée internationale des enfants disparus et du 15e anniversaire de Missing Children Europe, qui regroupe 29 organisations dans 24 pays européens, une soirée de discussion autour des mesures à améliorer dans l'aide aux enfants disparus a été organisée mercredi au Palais d'Egmont à Bruxelles. 

Etaient notamment présents: la reine Paola, présidente du Conseil de Patronage de Missing Children Europe, le roi Albert, la princesse Astrid, la présidente de Malte Marie-Louise Coleiro Preca, le directeur d'Europol et différents membres du Parlement européen. Delphine Moralis, secrétaire générale de Missing Children Europe, rapporte que sur les 90.000 mineurs non accompagnés arrivés en Europe en 2015 (contre 23.000 en 2014), 6.000 enfants ont disparus, selon une première estimation d'Europol. L'Allemagne a depuis annoncé le nombre de 8.600 mineurs disparus et l'Italie celui de 5.000. "Les disparitions ne sont pas toujours reportées, mais on peut estimer qu'au moins 10.000 enfants ont disparu dans cette crise migratoire", alerte Delphine Moralis. 

"Quand ils veulent rejoindre des membres de leur famille dans d'autres pays, la procédure peut durer jusqu'à un an ! Beaucoup n'attendront pas. Les enfants font souvent plus confiance à leurs passeurs qu'aux autorités, et sont donc plus susceptibles d'être victimes de traite des êtres humains. Ils peuvent être exploités à des fins diverses: sexuelles, commerciales, pour mendier dans les rues... Il faut absolument faciliter les procédures de coopération entre les différents pays et former les acteurs sur le terrain."

Chaque année en Europe, quelque 250.000 enfants sont reportés disparus. Beaucoup sont enlevés par un parent, ce qui mène à des conflits transfrontaliers en matière familiale. Il existe également un petit groupe d'enfants victimes d'enlèvement criminel. Plus de la moitié des dossiers de ces sept dernières années concernent des fugueurs, qui sont de plus en plus jeunes. "Ce sont des enfants qui fuient des situations difficiles à la maison et ils ont besoin de personnes qui les aident à trouver des solutions à leurs problèmes", plaide Delphine Moralis. "Ils risquent aussi de devenir victimes d'exploitations diverses."

La Finlande a rejoint mercredi les 29 autres pays d'Europe (27 Etats membres de l'Union européenne avec l'Albanie et la Serbie) qui disposent de la ligne d'urgence 116000.