International

LA COMMISSION ISRAÉLIENNE, chargée d'enquêter sur la mort de 13 Arabes israéliens dans des manifestations de solidarité avec les Palestiniens, peu après le début de l'Intifada, en octobre 2000, a infligé un blâme sévère à la police israélienne, dans son rapport rendu public lundi. La police est accusée d'avoir eu une attitude «a priori hostile» envers la minorité arabe et d'avoir caché aux responsables politiques le fait qu'elle avait tiré à balles réelles pour réprimer des émeutes. «Il y avait toute une culture du mensonge» dans la police, relève la commission. La commission recommande que l'ancien ministre travailliste de la Sécurité intérieure, Shlomo Ben Ami, ne puisse plus être à l'avenir titulaire d'un poste ayant un rapport avec les affaires de sécurité. Elle critique également le comportement du Premier ministre travailliste de l'époque, Ehoud Barak, estimant qu'il n'était pas assez conscient de la gravité des faits.

© La Libre Belgique 2003