News of the World: intervention surprise de David Cameron

AFP Publié le - Mis à jour le

International Le Premier ministre britannique, David Cameron, a convoqué une conférence de presse impromptue vendredi matin, après l'annonce de la fermeture du tabloïde News of the World englué dans un scandale d'écoutes illégales impliquant son ex-directeur de la communication.

Cette conférence de presse surprise devait se tenir à 09H30, selon les services du Premier ministre qui n'ont fourni aucun détail supplémentaire.

Depuis plusieurs jours, David Cameron est dans une position très délicate, en raison de ses liens avec le magnat des médias Rupert Murdoch, propriétaire du News of the World, et avec Andy Coulson, ancien rédacteur en chef du tabloïde à l'époque où ces pratiques avaient cours au sein du journal.

Eclaboussé par le scandale, M. Coulson, dont M. Cameron avait fait son directeur de la Communication après son arrivée au pouvoir l'an dernier, avait dû démissionner en janvier, après une première vague de révélations sur les écoutes de personnalités menées à grande échelle par le tabloïde dans les années 2000.

Sa nomination "au coeur de la machine de Downing street relevait d'une erreur de jugement catastrophique," a souligné le chef de l'opposition travailliste Ed Miliband mercredi.

M. Miliband est revenu à la charge vendredi, demandant au Premier ministre de "faire la lumière" sur les conversations qu'il avait eues avec Andy Coulson sur les écoutes.

Selon plusieurs medias britanniques, ce dernier pourrait être interpellé vendredi, la police souhaitant l'interroger sur son implication dans ce dossier.

Considéré comme un proche de Rupert Murdoch, M. Cameron fait face également à une forte pression politique pour geler le dossier sur le rachat de la totalité du bouquet satellitaire BSkyB par le groupe du magnat américano-australien, au vu des dérives au sein de son tabloïde.

Rupert Murdoch a provoqué la stupeur générale en annonçant jeudi la fermeture du News Of the World, fleuron de son empire britannique.

Cette annonce a fait suite au tollé provoqué par les dernières révélations sur les écoutes qu'auraient pratiquées le journal sur des proches de fillettes assassinées et de soldats tués en Irak et en Afghanistan.

Publicité clickBoxBanner