International

«Les emmerdes, ça vole toujours en escadrilles», disait Jacques Chirac. Une formule que ne renierait sans doute pas Nicolas Sarkozy, qui aura réussi à faire passer son prédécesseur pour un justiciable modèle. Quatre jours après avoir été mis en examen dans l’affaire libyenne pour «corruption passive», «recel de fonds publics libyens» et «financement illégal de campagne électorale», l’ancien président de la République vient d’être renvoyé devant le tribunal correctionnel pour «corruption active» et «trafic d’influence» dans l’affaire dite «Bismuth», comme l’a révélé Le Monde. Dans ce dossier, le second qui lui vaut un renvoi après l’affaire Bygmalion, il est soupçonné d’avoir sollicité un haut magistrat de la Cour de Cassation par l’intermédiaire de son avocat, Thierry Herzog, afin d’obtenir des informations confidentielles sur un dossier judiciaire en cours. Il s’agissait alors de connaître la position de la plus haute juridiction concernant le statut des agendas présidentiels, saisis dans une autre affaire. En retour, l’ancien président avait promis d’intervenir en faveur du magistrat, qui rêvait alors d’obtenir un poste prestigieux à Monaco.