International

Invité par la radio britannique LBC à répondre aux questions des auditeurs, l'homme politique Nigel Farage (ex-leader du parti Ukip) s'est retrouvé dans une position délicate.

En direct dans le studio de la radio, il reçoit un appel téléphonique d'un auditeur. Celui-ci décide d'aborder le sensible sujet de l'intégration, thème apprécié par l'ancien leader du parti eurosceptique. 

"Une de mes plus grandes préoccupations est que des personnes viennent dans ce pays (le Royaume-Uni) et n'apprennent pas l'anglais. Je ne vois pas comment vous pouvez vous intégrer sans apprendre la langue du pays", commence l'auditeur.

"Je ne pourrais être plus d'accord avec vous", répond directement Nigel Farage, sans imaginer le piège dans lequel il vient de tomber. "Je pense que vous avez raison, l'apprentissage de la langue est absolument fondamental", ajoute-t-il.

L'auditeur pose alors la question qui fâche: "Je me demande pourquoi vous avez passé plus de vingt ans de votre vie en Belgique, et pour autant vous ne parlez pas un mot de flamand, de français ou encore d'allemand". L'ancien leader du parti eurosceptique et xénophobe est pris de court par cette constatation.

D'abord surpris, Farage demande directement à l'auditeur d'où il tient cette information. Ensuite, il tente de sauver son honneur avec une réponse ironique qui n'a pas convaincu les auditeurs: "Je suis très bon avec la carte des vins français." L'auditeur lui répond par une seconde accusation: "Vous buvez du château Margaux à 100 livres la bouteille j'ai cru entendre..." Nouveau malaise. 

Après quelques secondes, l'homme a admis sa faiblesse: "Je ne suis pas doué avec les langues, je dois bien l'avouer."