Obama le ridiculise, Romney promet de contre-attaquer

afp Publié le - Mis à jour le

Vidéo
International Le candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney a une fois de plus balayé lundi les critiques à ses yeux "malhonnêtes" du président sortant Barack Obama concernant son passé d'homme d'affaires, promettant de lui rendre la pareille.

Après les attaques à répétition du camp démocrate au sujet de l'ancienne société Bain Capital de M. Romney, ce dernier a assuré lundi matin sur Fox News qu'il allait rendre la monnaie de sa pièce à M. Obama.

"Je pense que lorsque l'on est accusé de délit, on a toutes les raisons de répliquer très fortement. Et c'est ce que je vais continuer à faire" avec M. Obama, a martelé Mitt Romney.

Une porte-parole de l'équipe de campagne de M. Obama avait ouvert les hostilités jeudi en accusant le candidat républicain d'avoir commis un "délit" en mentant aux autorités sur sa situation vis-à-vis du fonds d'investissment Bain Capital entre 1999 et 2002.

Mitt Romney avait exigé des excuses de l'équipe Obama mais s'était simplement vu conseiller en retour de "cesser de se plaindre".

Ce lundi, M. Romney a lancé que "la meilleure offensive est de regarder le bilan du président", en particulier son échec dans la relance de l'économie. "(M. Obama) ne sait faire qu'une seule chose: m'attaquer de façon constante.

Ces attaques sont malhonnêtes et mal ciblées. Cela marche peut-être à Chicago (le fief électoral de M. Obama) mais cela ne va pas marcher dans toute l'Amérique".

Le candidat républicain, dont la fortune est estimée à 250 millions de dollars, a par ailleurs refusé les demandes grandissantes --y compris au sein de son propre camp-- de publier davantage de déclarations d'impôts, estimant que cela risquait d'apporter encore plus d'eau au moulin du camp démocrate.

"Nous allons publier deux ans de déclarations d'impôts", a-t-il précisé, en référence à sa déclaration 2010 déjà dévoilée et à celle de 2011, dont il a publié une estimation et qu'il prévoit de diffuser complètement avant l'élection du 6 novembre.

"L'équipe d'Obama continue de vouloir toujours plus, pour alimenter sa campagne contre moi et faire une montagne de tout", a-t-il déploré.

Publicité clickBoxBanner