International

"On a frôlé la rupture" des relations diplomatiques entre la République démocratique du Congo (RDC) et la Belgique, a indiqué samedi une source diplomatique congolaise après l'annonce par Kinshasa de rappel de son ambassadeur à Bruxelles et de la fermeture de son consulat à Anvers.

"Le président était favorable à la rupture des relations. Finalement la décision du Conseil des ministres de vendredi a été le rappel de l'ambassadeur", Jean-Pierre Mutamba Tshampanga, a indiqué cette source sous le couvert de l'anonymat. M. Mutamba a déjà regagné Kinshasa, a précisé cette source. Elle s'attend aussi à l'envoi d'une lettre du ministre congolais des Affaires étrangères, Antipas Mbusa Nyamwisi, demandant la fermeture des deux consulats dont dispose la Belgique en RDC, à Lubumbashi (Katanga, sud-est) et à Bukavu (Sud-Kivu, est).

Les dirigeants congolais sont visiblement très irrités par une déclaration attribuée au ministre belge des Affaires étrangères, qui aurait, déclaré, selon la presse kinoise, lors de sa visite cette semaine en Chine, que "la Belgique avait un pouvoir moral sur la RDC", qui lui donne un "droit de regard" sur ce qui se fait dans son ancienne colonie.

"Ces déclarations sont inacceptables, juge le gouvernement congolais, cité samedi par le journal 'L'Avenir' (proche du président Kabila). "Si après les déclarations de Karel De Gucht à Kinshasa, le gouvernement a joué à l'apaisement, cette fois, le bol est trop plein", ajoute ce journal.

La décision du gouvernement congolais "est la conséquence de l'indignation suscitée à Kinshasa par la énième provocation du ministre belge des Affaires étrangères. Karel de Gucht, qui a déclaré, depuis Pékin, que la Belgique exerçait "un droit moral" sur la RDC, commente pour sa part 'Le Potentiel'.