International Personne ne pourra accuser Donald Trump de ne pas être conséquent. En annonçant mardi le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le programme nucléaire de l’Iran, avec rétablissement de toutes les sanctions économiques et financières américaines à l’égard de la République islamique, le président américain continue de tenir ses promesses électorales. Tout comme il l’a déjà fait pour le déménagement à Jérusalem de l’ambassade des Etats-Unis en Israël, dont les bureaux seront inaugurés lundi prochain. Le retrait unilatéral américain de cet accord - de son vrai nom Plan d’action global commun (PAGC) – conclu en juillet 2015 et qui bride le programme nucléaire de l’Iran pour empêcher tout développement militaire, laisse les autres partenaires, la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne, seuls face à l’Iran. Et c’est précisément parce que ces partenaires restent liés par l’accord que celui-ci peut continuer à être appliqué.
(...)