International

Au moins six policiers ont été tués et quinze membres des forces de sécurité blessés lors d'un tripe attentat suicide mardi soir à Quetta, la capitale du Balouchistan, instable province du sud du Pakistan, a-t-on appris de sources concordantes. "Le premier kamikaze s'est fait exploser près d'un poste de contrôle des paramilitaires des Frontier corps, en banlieue de la ville de Quetta, après avoir été repéré par des gardes" peu avant 17H00 locales (14H00 HB), a déclaré Ghulam Ali Baloch, le ministre de l'Intérieur du Balouchistan.

"Les instants suivants, un autre kamikaze, qui couvrait le premier, a échangé des coups de feu avec les forces de sécurité puis il a actionné sa charge", a-t-il ajouté, blessant huit paramilitaires.

Environ une demi-heure plus tard, "un troisième kamikaze a percuté un camion de police avec sa moto sur la route de l'aéroport, tuant au moins six policiers", selon M. Baloch.

Le chef de la police de Quetta, Moazam Jah Ansari, a confirmé le mode opératoire et le bilan des attaques, précisant que la moto était tellement piégée que le camion de police s'était retourné sous l'effet du souffle de la troisième explosion. Sept autres policiers ont été blessés dans ce dernier attentat, a-t-il précisé.

Il n'y a pour l'instant aucune revendication de ces attaques.

Le Balouchistan, frontalier de l'Iran, est la province la plus pauvre du Pakistan, malgré des gisements d'hydrocarbures et de minéraux, mais aussi la plus instable.

En plus de groupes séparatistes balouches, des insurgés islamistes tentent d'infiltrer le Balouchistan, par ailleurs l'une des principales zones de violence sectaire. Depuis le début du mois, plusieurs hazaras, une ethnie chiite, ont été abattus à Quetta lors d'attaques séparées.

D'après une étude du CRSS, un centre de recherche pakistanais, le niveau de violence a toutefois fortement baissé au Pakistan. Le nombre de personnes tuées lors de violences extrémistes, politiques ou criminelles, a ainsi chuté de 70% ces deux dernières années, avec 2.057 morts violentes rapportées l'an passé, contre 6.574 en 2015.