International

En 2017, le nombre d'exécutions à travers le monde a baissé de 4% par rapport à 2016, s'élevant à 993 cas. Un chiffre à prendre avec recul en l'absence de chiffre précis en ce qui concerne la Chine. La plupart des exécutions se concentrent dans 4 pays: Iran, Arabie saoudite, Irak et Pakistan.

Plus de la moitié des pays du monde ont totalement aboli la peine de mort à l’heure actuelle. Un groupe de 104 États qu’ont rejoints l’an passé La Guinée et la Mongolie. Amnesty International a, dans ce contexte, tiré le bilan de cette thématique en 2017.

L’organisation non gouvernementale (ONG) a recensé par moins de 993 exécutions au cours de l’année dernière. Un nombre qui se concentre dans 23 pays comme en 2016. Le chiffre global est, quant à lui, en baisse de quatre pour cent en 2017, comparé à l’année d’avant et ses 1.032 cas recensés. La réduction est même de 35 pour cent en comparaison avec l’année 2015. Cette dernière était d’ailleurs la plus élevée depuis 1985 avec 1.634 exécutions.

La Chine est le pays qui compte le plus grand nombre de prisonniers exécutés selon Amnesty International. L’ONG constate, malgré tout, qu’il est impossible d’obtenir des chiffres précis sur l’application de la peine capitale en Chine. La raison est simple puisque ces données sont classées secret d’État. Le chiffre total de personnes exécutées dans le monde n’inclut pas les milliers d’exécutions qui ont probablement eu lieu en Chine, toujours selon l’ONG. La plupart des autres exécutions ont eu lieu en Iran, en Arabie saoudite, en Irak et au Pakistan. Ces quatre pays sont d’ailleurs responsables de près de 84 pour cent des personnes exécutées, hormis la Chine.

© Amnesty International

Amnesty International a enregistré au moins 2.591 condamnations à mort dans 53 pays en 2017. Il s’agit d’une baisse par rapport au chiffre record de 3.117 qui a été enregistré en 2016. À la fin de l’année dernière, au moins 21.919 personnes se trouvaient dans le quartier des condamnés à mort.

Les méthodes d’exécution utilisées en 2017 à travers le monde ont été la décapitation, la pendaison, le peloton d’exécution et l’injection létale. Amnesty International note également qu’au moins 31 exécutions ont eu lieu en public en Iran. Au minimum cinq personnes, âgées de moins de 18 ans aux moments des faits, ont été exécutées dans ce même pays.

Lire aussi sur La Libre Afrique: "Peine de mort: l'Afrique, prochain continent abolitionniste"