International

La République dominicaine a établi mardi des relations diplomatiques avec la Chine populaire, Pékin arrachant ainsi un allié à Taïwan, qui ne peut plus compter désormais que sur la reconnaissance de moins d'une vingtaine de partenaires officiels à la surface du globe.

Le document établissant les relations diplomatiques a été signé solennellement à Pékin par les ministres des Affaires étrangères des deux pays dans une pièce décorée aux couleurs de la Chine et de l'Etat des Caraïbes.

L'accord "apportera d'énormes opportunités pour le développement de la République dominicaine", a assuré le ministre chinois, Wang Yi, lors de la cérémonie pendant laquelle ont retenti les hymnes des deux pays. "Cela donnera un nouvel élan aux relations entre la Chine et l'Amérique latine".

"Nous allons échanger des ambassadeurs dans un avenir très proche", a ajouté le ministre dominicain des Affaires étrangères, Miguel Vargas, confirmant l'interruption de toute relation entre son pays et Taïwan.

La Chine continentale et Taïwan sont dirigés par des régimes rivaux depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949. L'île est gouvernée de façon autonome mais n'a jamais déclaré son indépendance.

Or, Pékin la considère comme l'une de ses provinces destinée à retourner dans son giron et interdit à ses partenaires d'entretenir des relations diplomatiques avec elle. Il s'efforce de convaincre les ultimes alliés de l'île de renoncer à leurs liens avec Taipei et de reconnaître le régime communiste.

Une bataille souvent qualifiée de "diplomatie du carnet de chèques", même si les deux gouvernements rivaux s'en défendent.