International

La Chine a confirmé mercredi avoir bel et bien reçu la visite de Kim Jong-Un. Un premier déplacement du dirigeant nord-coréen à l'étranger depuis son accession au pouvoir en 2011, qui a forcément des allures d'allégeance au puissant protecteur chinois.


Dans la meilleure tradition du secret héritée de la guerre froide, Kim Jong-Un a effectué une visite privée à Pékin – la première du dirigeant nord-coréen à l'étranger depuis son accession au pouvoir en 2011 – qui n'a été confirmée qu'après son départ, mercredi, de la capitale chinoise. La confidentialité du déplacement a été remarquablement préservée, et d'autant mieux que Donald Trump en avait été informé dès mardi par son homologue chinois Xi Jinping, mais le président américain a, par extraordinaire, résisté à la tentation d'en faire un tweet.