International Il y a le Moyen-Orient et l’Afghanistan où l’Otan veut " projeter de la stabilité" en formant les armées locales, selon Jim Mattis, le secrétaire d’Etat américain. Il y a, en particulier, la Syrie, " le conflit le plus complexe depuis des décennies", qui a fait à ce jour près de 340 000 morts. Et puis surtout, cette confrontation hybride qui a repris avec la Russie depuis l’annexion de la Crimée en 2014, entraînant " la militarisation de la mer Noire et de la Baltique", souligne un officiel de l’Otan.
(...)