International

Quatre "Allah akbar" ont retenti dans un silence respectueux lors d'une parenthèse ménagée en hommage à deux victimes musulmanes pendant les funérailles d'Etat catholiques après l'effondrement du pont de Gênes.

Dans un pays où l'extrême droite est au pouvoir et où les violences verbales et physiques se multiplient contre les étrangers et contre les musulmans, un hommage particulier a été rendu à deux Albanais musulmans figurant parmi les 38 victimes identifiées.

En présence de tous les plus hauts responsables de l'Etat et de dizaines de prêtres, un imam a mené quelques minutes de prière psalmodiée en silence et ponctuée de quatre "Allah Akbar" (Allah est le plus grand), conformément à la formule rituelle des prières funéraires.

"Nous offrons à Dieu nos prières pour toutes les victimes", a ensuite déclaré Mohamed Nour Dachan, président émérite de l'Union des communautés et organisations islamiques d'Italie (Ucoii), la principale fédération musulmane du pays.

"Nous sommes proches de vous tous", a-t-il lancé aux milliers de personnes présentes dans le vaste hall du parc des expositions, "et nous demandons au Seigneur, lui qui dans son infinie miséricorde, nous a enseigné la valeur des ponts (...) de nous rendre conscients de nos responsabilités".

"Nous prions pour Gênes, la superbe. Elle saura se relever avec fierté, notre Gênes qui en arabe signifie "la belle". Les communités musulmanes de Gênes, de Ligurie et de toute l'Italie prient pour que la paix soit avec vous tous. Que le Seigneur protège l'Italie et les Italiens", a-t-il ajouté, longuement applaudi.