International

Le président syrien Bachar al-Assad a soutenu dans une interview exclusive à l'AFP, que ses forces n'avaient commis "aucun massacre" depuis le début de la guerre, accusant en revanche les rebelles de perpétrer "partout" des tueries contre les civils.

"L'Etat syrien défend toujours les civils. Les séquences vidéos et les photos confirment que ce sont les terroristes qui commettent des massacres. Il n'y a aucun document qui prouve que le gouvernement syrien en a commis depuis le début de la crise jusqu'à l'heure actuelle", a-t-il assuré dans cet entretien réalisé dimanche à Damas.

De "fortes chances" qu'il soit candidat

Le président syrien a aussi annoncé qu'il y avait de "fortes chances" qu'il se porte candidat à un nouveau mandat lors de la présidentielle prévue en juin, au moment où l'opposition exige que la conférence de Genève II aboutisse à son départ.

"Je considère que rien n'empêche que je me porte candidat et si l'opinion le souhaite, je n'hésiterai pas une seconde à le faire. Bref, on peut dire qu'il y a de fortes chances que je me porte candidat", a déclaré M. Assad pendant l'entretien réalisé dimanche au palais du Peuple à Damas, trois jours avant la conférence internationale qui s'ouvre mercredi en Suisse.

Le président syrien a également déclaré lors de cette interview que la lutte contre le "terrorisme" devait être le principal objectif de la conférence de Genève II et que la guerre contre les rebelles serait encore longue, même si des progrès avaient été réalisés dans "la lutte" contre la rébellion.

"Nous pouvons dire que nous réalisons des progrès dans la lutte antiterroriste, mais cela ne signifie pas que la victoire est imminente. Ce genre de bataille est compliqué, elle n'est pas facile et demande beaucoup de temps", a-t-il dit, rejetant toute distinction entre rebelles et jihadistes qui se livrent une guerre sans merci.