International

L'exportation, après juillet 2013, de produits chimiques interdits vers la Syrie de la part de 3 entreprises anversoises "montre à quel point le gouvernement fédéral ferme les yeux sur les activités économiques de certaines entreprises en relation commerciale avec des pays en guerre ou instables politiquement", dénoncent mercredi les députés d'opposition Benoit Hellings (Ecolo) et Wouter De Vriendt (Groen). "Ce nouveau dossier d'exportations de produits chimiques vers la Syrie, un pays dirigé par un régime qui utilise des armes chimiques contre sa propre population, montre une nouvelle fois le manque de volonté du gouvernement Michel à faire primer la sécurité et les droits humains sur les enjeux économiques. C'est inadmissible", pointe Benoit Hellings.

"Alors que des millions d'euros sont investis dans des interventions militaires belges en Irak et en Syrie, des entreprises belges continuent à commercer avec ces pays, où des terroristes et des régimes dictatoriaux sont implantés. Où est la cohérence? Comment justifier que de telles pratiques continuent et que le gouvernement ferme les yeux?", ajoute le député Ecolo qui interrogera les ministres compétents sur le sujet.

Reynders ne commente pas

Johan Van Overtveldt, le ministre en charge des Douanes, et Didier Reynders pour les Affaires étrangères seront également soumis aux questions du député PS Stéphane Crusnière.

Le cabinet de Didier Reynders a de son côté indiqué à l'agence Belga qu'il ne souhaitait pas commenter l'affaire, renvoyant vers la douane belge.